Le Chemin des Dames : du champ d'honneur au champ des morts 14-18

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le Chemin des Dames : du champ d'honneur au champ des morts 14-18

Message  Bat-Marne.14-18 le Ven 23 Sep - 18:49



Bonjour à tous,
Ce livre ne parle pas de Sapigneul, ni de ses alentours proches, mais je me permet d'en parler car il traite de la question des pratiques funéraires dans la Grande Guerre, et ce sujet a été abordé dans un post de ce forum : "le 119e RI à l'Est de Sapigneul".
Voici le résumé de la couverture : "Les pratiques funéraires dans la Grande Guerre, voici un sujet peu commun et peu étudié que Guy Flucher, historien et archéologue, a tenté d'éclaircir.
En s'appuyant sur un secteur géographique bien précis, le théâtre d'opérations du Chemin des Dames et du département de l'Aisne, à l'aide de nombreuses sources (documents administratifs, témoignages, fouilles archéologiques), l'auteur fournit une étude détaillée de l'évolution et des pratiques d' l'inhumation de masse provoquée par les milliers de morts de la Grande Guerre.
L'auteur : Guy Flucher est archéologue à l'INRAP, basé à Soissons, d'où il intervient sur le Chemin des Dames dans le cadre des fouilles archéologiques préventives.
YSEC EDITIONS
Concernant les "soldats inconnus" il faut lire le sous-chapitre : "Les marchés de la mort" page 74 qui traite des exhumations d'après guerre.
En voici un petit extrait : "Face à l'ampleur des opérations d'exhumation et de regroupement, l'Etat a confié la tâche, à partir de 1920, à des entreprises privées. Les adjudications par grands secteurs géographiques ainsi que les conditions financières ont contribué à générer un véritable marché de la mort, fort lucratif pour certains "mercantis"....
Le temps passé pour chaque sépulture était parfois réduit au minimum. Les conséquences en ont été dramatiques pour la qualité de l'identification des défunts :
"-Quand on n'était surveillé que par un chef de chantier coulant et que l'officier de secteur n'était pas là, le travail ne traînait guère. Ce qu'il fallait, c'était gagner une quarantaine de francs le plus vite possible. Alors on n'ouvrait les fosses qu'à moitié, tirant les corps comme on pouvait, et, s'ils étaient plusieurs dans la même tombe, au lieu de perdre son temps à rechercher les médailles et des papiers dans cette putréfaction, on mettait vite les corps en bière et l'on inscrivait : soldats inconnus."
Je n'ai aucune autorisation d'YSEC pour reproduire un (tout) petit extrait de ce livre mais je pense que la "publicité" qui est faite, compensera l'absence de droits.
A noter que je leur ai déjà fait de la "pub" pour le magazine "Tranchées".... Eventuellement je veux bien qu'ils m'offrent qq bons de réduction !!! Mais non j'plaisante !! Laughing
Bonne lecture
Cordialement
Béatrice
avatar
Bat-Marne.14-18
Accro
Accro

Messages : 256
Date d'inscription : 05/04/2011
Localisation : REIMS

http://frontdechampagne.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Chemin des Dames : du champ d'honneur au champ des morts 14-18

Message  David.H le Lun 26 Sep - 8:52

A propos des inhumations d'après guerre j'ai une petite histoire... mon grand père et son beau frère aujourd'hui décédé habitait Guignicourt (entre Reims et Laon) en plein sur un ancien cimetière militaire allemand de 14-18, lorsque le beau frère de mon grand père a creusé les fondations de sa maison (ça devait être dans les années 60), il est tombé sur le corps d'un soldat allemand en assez bon état de conservation. L'on pouvait encore voir les mailles de ses vêtements et ils ont put l'identifier. La déclaration a été faite en gendarmerie pour rapartrier le corps... Les gendarmes ont dit à mon grand oncle que si il lui arrivait de faire encore une autre semblable découvertes qu'il ne fallait pas les prévenir et réenterrer le corps dans un coin car ça leur faisait trop de paperasse... Rolling Eyes
En fait, si mon grand oncle a retrouvé un corps, c'est qu'après la guerre lorsqu'il fut décidé de déterrer les corps pour les renvoyer en allemagne, les ouvriers de l'entreprise habillitée pour déterrer les corps payait les ouvriers au trou... en non au nombre de corps détérrés. Ce qui fait que pour gagner plus d'argent les ouvriers creusaient les trous sortaient les 2 ou 3 premiers corps (qui avaient été enfouis empilés) sans prendre la peine de voir si il y'en avait un 4ème... Il doit donc toujours y avoir encore des soldats allemands sous terre à cet endroit de Guignicourt.
Petite curiosité du jardin de mon grand père, le banc du jardin est constitué d'une poutre posée sur deux pierres tombales allemandes de l'ancien cimetière.

_________________
Cordialement,

David
http://sapigneul.perso.sfr.fr
avatar
David.H
Accro
Accro

Messages : 586
Date d'inscription : 20/08/2010
Age : 44
Localisation : Aisne

http://sapigneul.perso.sfr.fr

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum