Expérience de réglage d'artillerie par TSF et aviation - 25/10/1914 au 02/11/1914

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Expérience de réglage d'artillerie par TSF et aviation - 25/10/1914 au 02/11/1914

Message  Cote_108 le Lun 30 Juin - 13:55

Bonjour,

Je reprends ci-dessous tel quel un post de Claude Thollon-Pommerol sur un autre site mais qui concerne notre secteur. On y apprend en autre que 180 et 186 sont déjà un lieu d'observation et de position d'artillerie dès oct-nov 14.

"En avant-première du prochain Cahier des As oubliés de 14-18 "Hiver 1914: Voler entre dunes et tranchées" consacré aux  mois d'octobre, novembre, décembre 1914 ces compte-rendus des expériences de Réglage par TSF effectuées par l'escadrille V24 et l'artillerie du 1er Corps d'Armée (5ème Armée).
 
---
25 octobre
Dans l'après-midi il a été procédé avec la batterie de 155 CTR du Bois de Gernicourt et un avion de l'escadrille Voisin [V 24 commandée par le capitaine Faure NDR] de la 5ème armée à des expériences de réglages de tir d'artillerie par TSF.
Le capitaine Franck du 8ème Génie détaché au service de TSF de l'aviation militaire et le capitaine Morisson, officier observateur d'artillerie du 1er CA avaient préalablement procédé à la manoeuvre et au réglage du matériel spécial de TSF constitué par un petit poste émetteur à accumulateur disposé dans l'avion et par une voiture radio-télégraphique.
Le signalement convenu pour le réglage du tir est le suivant:
. . . . . . . . . .réglé
- - . - - . -- . long
.. - . . - . . - court
- - . . - - . . - - . . à droite
- . - . - . à gauche
L'antenne réceptrice avec la voiture-radiotélégraphique étaient disposées à 14heures à proximité de la batterie de tir et convenablement défilée des vues sur la lisière d'un bois.
L'avion piloté par le sergent-aviateur Benoît arrive à la même heure à son terrain d'atterrissage d'artillerie à la ferme des Faité, a commencé son vol pour le réglage avec le capitaine Morisson comme passager observateur et opérateur télégraphiste à 15 heures dès réception du signal que tout était prêt.
Le tir est réglé dès la première salve et les transmissions radio-télégraphiques s'effectuent dans d'excellentes conditions.
Cet essai ayant donné satisfaction il est convenu que les réglages seront repris d'une façon plus précise en installant un poste récepteur de TSF aux batteries du capitaine Aaron à la cote 186.

1er novembre
Etant donné les bons résultats obtenus par la TSF d'avion, le colonel d'accord avec le service télégraphique de l'armée décide d'équiper trois fourgons (un par régiment) pour être munis chacun d'un poste de TSF.
Des demandes seront faites dans les régiments pour connaître les artilleurs capables d'écouter au son.
Les expériences sont recommencées le 1er novembre.
Le colonel se rend à 10 heures à cheval avec son lieutenant adjoint Breguet au groupe du commandant Bourette, à la cote 180. Mais par suite de la diminution des munitions du groupe et du fait que ce groupe est mis directement à la disposition de l'infanterie de Berry-au-Bac, il décommande le tir avec cette batterie de 75.
L'avion règle alors les tirs de la batterie de 155L et de la batterie de 120 L de la cote 186.
L'avion part à 13h 45. Les expériences commencent à l'altitude de 1300m pour se poursuivre à l'altitude de 2000m. Le temps est beau et clair et l'observation facile.
-Le premier réglage (Batterie de 155L sur une batterie repérée précédemment dans le Bois de la Muette) est réalisé en quelques coup.
-Le deuxième réglage (Batterie de 120L sur un objectif inconnu) se réalise facilement aussi avec cette particularité que l'observateur, découvrant en cours du réglage un objectif intéressant, a pu, sans difficulté transporter dessus le tir qu'il était en train de régler sur un autre.
Ce réglage a été réalisé avec l'avion Voisin piloté par le sergent Benoist avec le capitaine Morisson comme observateur.
 
2 novembre
A 12h le colonel Laboria part avec le colonel Clément et son lieutenant adjoint Breguet pour continuer des expériences de TSF pour réglage de tir par avion avec la 2ème batterie du 42ème (capitaine Curvillier) en position entre le bois de Gernicourt et la cote 69 sud.
-Le réglage commence à 13h 35, la 1ère salve tirée sur la Musette est reportée sur la lisière nord der la Ville-au-Bois: Malgré le grand écart initial en direction et la nécessité de faire des bonds très petits à cause de la proximité des 2 lignes d'infanterie, le tir est réglé en 25 minutes. Le réglage en coups explosifs percutants paraît être celui qui donne les meilleurs résultats.
A cette expérience au Bois de Gernicourt étaient venus assister le lieutenant-Colonel Draydrein, sous-chef d'état-major de la 5ème armée, le lieutenant-colonel Ganter, commandant l'aéronautique de la 5ème armée (avec son second le capitaine De Rose), le lieutenant-colonel Morris du GQG et le commandant Barès, directeur de l'aéronautique au GQG.
Tous ces officiers supérieurs se sont vivement intéressés à ces expériences parfaitement réussis, et il a été décidé d'entrer immédiatement dans les voies de l'application en munissant un nombre considérable d'avions de petits postes émetteurs, en vue du réglage des tirs de l'artillerie.
Une instruction définitive reste à établir, dont les premières bases sont dès maintenant posées.
---
(Référence: JMO Artillerie 1er CA, SHD 26N 101)
---
 
Le 4 novembre 100 appareils de TSF pour avions étaient commandés et devaient être livrés dans le mois suivant.
 
 
Cordialement
Claude"



Source:
http://pages14-18.mesdiscussions.net/pages1418/aviation-1914-1918/reglage-artillerie-avion-sujet_2303_1.htm

Cordialement

Cote_108
Accro
Accro

Messages : 798
Date d'inscription : 07/02/2011
Age : 52
Localisation : Bois colombes

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum