Grande Guerre : la terrible cote 108

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Grande Guerre : la terrible cote 108

Message  Bat-Marne.14-18 le Mar 21 Jan - 15:24

Bonjour à tous,

Je viens de trouver ça :

http://lhistoireenrafale.blogs.lunion.presse.fr/2014/01/21/grande-guerre-la-terrible-cote-108/

par Hervé Chabaud

Cordialement

Béatrice
avatar
Bat-Marne.14-18
Accro
Accro

Messages : 252
Date d'inscription : 05/04/2011
Localisation : REIMS

http://frontdechampagne.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grande Guerre : la terrible cote 108

Message  Cote_108 le Mar 21 Jan - 16:56

Bonjour Beatrice

C'est période de Fete pour la Cote 108, on n'arrête pas d'en parler !!!
Cet article fait référence à la Lettre du CDD qui a fait l'objet de mon post:
http://sapigneul.superforum.fr/t788-la-lettre-du-chemin-des-dames-n-30-janvier-2014-article-cote-108
Nos Posts se sont visiblement croisés.

Juste un petit commentaire pour dire qu'il y a probablement confusion dans l'esprit du/des Redacteur(s) car il serait fort étonnant que l'entonnoir de 1915 ait fait cette profondeur. LA profondeur des galeries étant nettement moins profonde et les explosions vont toujours vers le haut. Par contre les tranchées allemandes ont bien été comblées sur 60 à 80m. L'entonnoir le plus profond de 108 est le "Grand Entonnoir" mais il ne date pas de 1915 et se trouve dans les lignes françaises. Celui de juin 15 lui se trouvait dans les lignes allemandes. D'ailleurs dans la Lettre du CDD, il est fait mention que cet entonnoir est profond de 80m (tiens donc) et qu'il ne "sera jamais diminué par la suite et demeure toujours visible aujourd'hui" ....Ayant été sur place, certes on peut peut être deviner la lèvre Est de l'entonnoir de juin 15 mais pour ce qui est du reste, j'ai quelques doutes. D'ailleurs le "04/08/15 les allemands font exploser une mine dans le Grand Entonnoir" (ici c'est celui du 23/06/15, c'était lui le plus grand à l'époque).
Pour conclure, il y a effectivement quelques imprécisions parfois dans ces articles.

Cordialement
Laurent

Cote_108
Accro
Accro

Messages : 797
Date d'inscription : 07/02/2011
Age : 52
Localisation : Bois colombes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grande Guerre : la terrible cote 108

Message  Malinowski le Dim 20 Avr - 22:10

Bonsoir à tous. Voici le compte rendu de l'explosion d'un fourneau de mine en 1917.  4 ème Division                            Le  10 Mai 1917
  -------------
         GENIE       
--------------                   
Mineurs (Côte 108)
                       


                        COMPTE  -  RENDU
                     de la reconnaissance faite par le
        S/Lieutenant JACOB chargé des travaux de Mines de la côte 108,
                au sujet de l’explosion du 10 Mai 1917

                            -:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:   


        J’ai l’honneur de vous rendre compte qu’aussitôt prévenu qu’une explosion de mine, suivie d’une attaque ennemie avait eu lieu à la côte 108, je me suis rendu sur les lieux et ai reconnu les effets de l’explosion .
Situation.-  L’entonnoir nouveau, produit vers sept heures, se trouve au Sud de celui    par où passait notre première ligne au 16 Avril et empiète sur lui par son extrémité Nord . La lèvre Sud se trouve à hauteur de la tranchée du Centre .
Aspect . -   L’entonnoir est allongé et semble dû à deux fourneaux  espacés d’environ 8 m. ou plutôt à un fourneau allongé tel qu’une galerie bourrée . J’ai pénétré dans l’entonnoir, mais n’ai pu retrouver aucune trace de galerie intacte . Les bois qui ont été projetés proviennent de chassis coffrants du modèle employé couramment par l’ennemi . Dans le fond, la terre humide se pétrit à la main ; ce n’est pas de l’argile, mais de la marne blanche .
Effets .     -      Les effets de projection ont été faibles; l’explosion a joué dans du terrain déjà bouleversé . Il a dû y avoir beaucoup de pertes de gaz et, par suite, une grande réduction des effets de l’explosif .

Hypothèse .-       L’ennemi doit avoir, à une dizaine de mètres de profondeur, une galerie passant sous la tranchée du Centre et communiquant avec des entrées dans la Grande Carrière . Au dire des troupes de première ligne, plusieurs pionniers du 333 (ennemi) seraient sortis derrière nos lignes dans la tranchée du Centre . Je m’occupe de faire rechercher la communication utilisée par eux .


Prescriptions . -   Autant que possible ne pas mettre d’hommes dans la tranchée du Centre ; relier par un boyau le poste d’écoutes de gauche à la première ligne du 16 Avril de façon qu’au cas d’une explosion ( très possible), au point 3159, les fractions de gauche aient une voie d’accés pour se replier et pour permettre de contre-attaquer ( adopté par le Commandant BUCHET Cdt le 9° B.C.P. ).
   
    En dehors de cet accident prévu et signalé par nous aux troupes d’occupation, le service d’écoutes signale des bruits suspects dans le tunnel transversal boche, près du barrage . Je redouble de surveillance ; en cas de danger pressant, je vous demanderai des instructions pour parer à toute éventualité par l’établissement d’un fourneau à cet endroit .



                        Signé : JACOB.
avatar
Malinowski
Membre régulier
Membre régulier

Messages : 46
Date d'inscription : 12/04/2014
Age : 59

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grande Guerre : la terrible cote 108

Message  Cote_108 le Mar 22 Avr - 17:42

Bonjour

A noter que suite à cette explosion la 4DI va mener plusieurs opérations entre autre avec lance-flammes. 

"L'attaque a lieu à 8h. 4 appareils doivent être employés pour le nettoyage des tranchées et abris. 2 avec la 1ère vague du 147ème d'infanterie, 2 autres avec la 2ème vague pour renforcer immédiatement les premiers. 4 autres appareils sont laissés en réserve à la disposition du Commandement. Les appareils sont placés sur les ailes du front d'attaque. Le groupe de gauche après une lutte opiniâtre à la grenade  atteint l'objectif.  Un appareil est utilisé sur les allemands qui essaient de fuir le long du canal en sortant d'un abri situé à gauche de la Grande Carrière. Plusieurs sont brûlés et le reste est mis hors de combat par un fusil mitrailleur. Le groupe de droite atteint également son objectif malgré un violent tir de mitrailleuses et grenades. Un appareil est mis hors de service par éclat de grenade, le 2ème vient le remplacer et un abri rempli d'ennemis est incendié. Leur mission terminée, les sapeurs coopèrent à l'organisation du terrain conquis et se retirent sur l'o/o du Colonel Cdt le 147ème d'infanterie vers 15 heures. Pertes: néant."


Il sera décider ensuite d'occuper l'espace entre les anciennes positions et la grande carrière qui étaient un peu vidée, les allemands étant maitres des sous-sol et pouvant faire sauter les français très facilement.

Lettre du Général Mazel, commandant la Vème Armée,
fixant les positions à occuper sur la cote 108
Ve ARMEE Au Q.G., le 18 Mai 1917
Etat-Major
Le Général Commandant la V° Armée à 3ème Bureau
N° 2193 - M. le Général Commandant le 2ème C.A.
Il a été rendu compte au Général Commandant
l'Armée que les troupes occupant le Mamelon 108
n'avaient aucune garnison dans les anciennes
tranchées Allemandes établies sur le point
culminant et que les groupes de guetteurs installés
sur le rebord Ouest de la Grande Carrière
risquaient de ne pouvoir être soutenus, en temps
utile, par les unités placées dans l'ancienne
première ligne ennemie.
Ces dispositions paraissent avoir été motivées
par la crainte que les Allemands ne fassent sauter
leurs anciennes organisations de la Cote 108.
Or, de l'étude des travaux de mines effectué par
le Général Commandant le Génie de l'Armée, il
résulte que les troupes placées au Nord et à une
distance suffisante de la galerie maîtresse
allemande sont à l'abri de tout danger.
Il y a lieu, en conséquence, d'occuper le versant
Nord de la Cote 108 par des effectifs suffisants
pour empêcher les Allemands de reprendre pied à
l'Ouest de la Grande Carrière.
En attendant qu'une action offensive nous
permette d'améliorer notre situation entre l'Aisne
et Sapigneul, la possession du plateau 108 doit être
maintenue à tout prix.
Le Commandant du Secteur 108 en sera
personnellement responsable.
Signé : Général Mazel"

Les évènements ultérieurs montreront que cela n'étaient peut être pas une bonne idée ....

Dans la nuit du 30 au 31 mai, à 3H28, les allemands font exploser sous nos positions, à l'ouest et au sud de la Grande Carrière, 7 mines puissantes créant des entonnoirs de 30 à 50 m de diamètre, ensevelissant une partie de la 1ère ligne, et des sections de réserve. Aussitôt l'ennemi déclenche une attaque sur le 22ème Bataillon et l'extrème gauche du 62ème. Malgré une contre attaque des survivants, l'ennemi s'empare de ses anciennes lignes sur le sommet de la cote 108.

Mais visiblement peut être pas inutile...

ettre du général Lévy, commandant la 46ème D.I. au Commandant Lafont.
Le 22 juin, au soir.
Mon cher ami,
j’ai intentionnellement attendu jusqu’à maintenant pour vous écrire.
Je tiens à vous dire mon hommage ému, et mon souvenir reconnaissant, à tous
ces braves que vous avez perdu dans un incident de guerre malheureux, comme
il en est arrivé aux plus belles troupes.
Sacrifice douloureux, mais sacrifice utile, car le 22ème, dont l’attitude a été
une fois de plus héroïque, peut avoir la conscience d’en avoir évité à ses frères
d’armes un beaucoup plus grand.
Recevez, par la présente, mon accolade pour tout votre bataillon.
signé: Lévy

Cordialement

Cote_108
Accro
Accro

Messages : 797
Date d'inscription : 07/02/2011
Age : 52
Localisation : Bois colombes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grande Guerre : la terrible cote 108

Message  Malinowski le Jeu 1 Mai - 18:46

Bonjour à tous. Voici un document sur l'électrification des réseaux allemands de la côte 108. La photographie montre un détail de ces défenses. En arrière plan, le village de Berry au Bac.

Q.G. le 27 septembre 1916
Ve armée, 38°CA Etat-Major, 2ème bureau

Compte-rendu de renseignement
Un cahier de rapport trouvé sur un homme du 177° ( XII° CA) fait prisonnier sur la Somme fin août 1916 donne quelques renseignements sur l'organisation défensive de la côte 108 que le 177° a longtemps tenu.
Il révèle en particulier l'existence d'un réseau électrifié entre la région des Entonnoirs et l'Aisne. On relève, en effet, les renseignements suivants :
I) - Le 7 juin 1916
"Le drahtgroupe a réparé le réseau électrifié à droite de l'Entonnoir de droite"
2) - Le 3 août à 7 heures 45 ( matin)
"On apprend que le courant électrique est envoyé dans le réseau".
A 7 heures 40 (soir)
"On apprend que le courant est coupé ".
D'autre part, il paraît probable que certaines parties des organisations allemandes sont minées; dans un compte rendu de travaux ont trouve que : du 23 au 27 juillet 1916, l'abri des mitrailleuses au  "Treskowring" à gauche, a été miné; La dénomination "Treskowring" paraît s'appliquer à un système de tranchée situées dans la partie sud ouest de la côte 108 et doté d'un grand observatoire. Enfin, des mesures spéciales de défense contre les gaz ont été prises. Le 23 juillet 1916, dans le " Stendelweg" des rideaux contre les gaz ont été placés aux sorties de tous les abris.    P.O. Le chef d'Etat-Major.
Source : SHD, série 19 N.
avatar
Malinowski
Membre régulier
Membre régulier

Messages : 46
Date d'inscription : 12/04/2014
Age : 59

Revenir en haut Aller en bas

Re: Grande Guerre : la terrible cote 108

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum